« HIPPOCAMPE » de Jan Caplin

Un film étrange que voici qu’il sera difficile à présenter !
Voici Hippocampe, un film réalisé par Jan Caplin et produit par une association qu’il a créé fin 2014 avec Clémence Déléa : ART DN.

Affiche.jpg

Pourquoi difficile ? Pour plusieurs raisons : ce film est encore en circulation en festival ne permettant pas à tous de le voir, et le réalisateur souhaite que le secret qui se cache derrière cette histoire de 12 minutes soit gardé !
Le réalisateur me raconte qu’Hippocampe a germé en Janvier 2014 en repensant à l’étrange histoire ayant fait scandale en 2008 d’un Américain qui souhaitait être père. Son combat pour avoir un enfant l’a touché et il souhaitait retranscrire ses moments de vie en un court-métrage de manière simple, percutante mais douce et sans être pour autant engagé.
J’ai la possibilité de vous dévoiler le synopsis qui met rapidement l’eau à la bouche. Ne surtout pas omettre de préciser qu’il s’agit d’une histoire vraie !
Synopsis : Maxime et Julie forment un couple le plus commun qu’il soit. Ils souhaitent devenir parents mais Julie est stérile et leur demande d’adoption est refusée. Le poids de la dernière solution repose alors sur Maxime.

Hippocampe1

Jan nous dévoile en exclusivité l’évolution de son scénario, et la manière dont il a souhaité aborder le mystérieux sujet :
« J’ai écrit plusieurs versions du scénario, la première étant essentiellement narrative grâce à une voix off. Après une multitude de relecture, j’ai opté pour une version plus épurée et plus évasive de manière à donner au spectateur libre cours à son interprétation sans l’aide d’une voix off et en s’appuyant sur des indices visuels ou cachés dans les dialogues pour amener à la chute du film.
« Ma décision d’indiquer « d’après une histoire vraie » au générique de fin était irrévocable car je voulais que le public constate que la chute du film qu’il peut qualifier de « fantastique » ou « irréel » existe vraiment. Je souhaitais mettre les spectateurs face à leur propre jugement : tout naturellement, ils construisent leur opinion sur les personnages principaux tout au long du film. Enfin, lors des dernières minutes, ceux, pour qui cela n’était pas évident de deviner l’issue, font face à une révélation qui peut remettre en question tout ce qu’ils s’étaient imaginés sur ce couple. »
La naissance du film a été compliquée : « Alors que plusieurs boites de production n’ont accordé aucun intérêt pour ce projet, nous avons décidé de créer l’association Art DN et nous avons eu l’honneur de recevoir le soutien de trois grandes institutions locales (le Département de la Gironde, la région Aquitaine et la ville de Bordeaux). »
Le tournage quant à lui a été d’une durée de trois jours intenses entre Bordeaux et les Landes. L’équipe était constituée d’une vingtaine de personnes. Jan affirme s’être montré « très exigent quant à la sélection des membres de l’équipe du film que ça soit pour les acteurs ou les techniciens. Chacun était armé d’une grande motivation et offrait une qualité de travail indiscutable. Nous avons fait un gros travail en amont avec le Chef Opérateur afin que les techniciens aient une quasi-autonomie sur le tournage, cela me permettant de passer le plus de temps possible à travailler avec les comédiens. »
Il est important de souligner que tout au long de sa conception, le film a fait parler de lui en bien ou en mal. Le sujet traité est délicat et la manière de le montrer choisie par le réalisateur ouvre obstinément à des débats. Le soutien inconditionnel de ses proches l’a énormément aidé à essuyer les refus et les attaques reçues lorsqu’il a été amené à présenter le projet en stade d’ébauche. Néanmoins, le soutien des organismes locaux et l’engouement de l’équipe du film ont permis l’élaboration d’un court-métrage complet et de qualité professionnel. Plusieurs diffusions ont été organisées en Gironde et, pour chacune, le public a réservé un accueil très chaleureux et a fait part de son émotion et ses remarques sur le film ou le sujet en lui-même.
En plus des distinctions que le film a reçu et citées ci-dessous, le film est désormais disponible dans le catalogue de l’Agence du court-métrage réservé aux professionnels souhaitant le diffuser au niveau international, et cela marque une nouvelle étape dans ce palpitant projet qui, malgré les impasses par lesquelles il est passé, a su s’imposer et se réaliser.
« Suite au succès rencontré, nous avons reçu de nouveaux soutiens de la part du Département de la Gironde et du DRJSCS (Direction Régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale) afin de développer mon prochain projet de court-métrage dont j’ai commencé l’écriture. »

Hippocampe2.jpg

Distinctions  : Ce film, par son merveilleux rendu , à eu droit à quelques distinctions :
  • Sélection au Festival International de Contis 2016 en compétition européenne de courts-métrages.
  •  Sélection au Short Film Corner du Festival de Cannes 2016.
  • Sélection au Festival Ornécourts en compétition nationale (dates reportées)
  •  Le scénario a été sélectionné à sa première version au Festival International de Contis 2014 lors de l’opération Talent en court.
Le réalisateur : Jan Caplin est un jeune acteur professionnel bordelais. Il a tourné pour plusieurs fictions télévisées comme récemment, « La science des soucis ». Côté cinéma, on le retrouve dans les courts-métrage « Mamie Momie » et « Tapi dans l’ombre » tous deux actuellement dans plusieurs festivals nationaux et internationaux. En Janvier 2014, il commence l’écriture de son court-métrage Hippocampe pour le réaliser en Juin 2015. Il signe donc sa première réalisation dans un contexte professionnel. Il est actuellement à l’affiche de « La Cerise Sur le Gâteau » au Théâtre des Salinières à Bordeaux de mi-septembre jusqu’à Novembre 2016.
L’équipe : L’équipe du film (techniciens et acteurs), comptant une vingtaine de personnes, est une mixité de jeunes issus d’école de cinéma en cours de professionnalisation et de professionnels du métier. Voici la distribution :
  • Benoît Le Moine : Maxime
  • Clémence Déléa : Julie
  • Julien Boissier Descombes : Xavier
  • Margherita Oscuro : La psychologue
  • Fred Hebbada : Le Médecin
  • Diane Pradairol : Caroline
La chanson du film par le réalisateur :
« La chanson de fin accompagnant la chute du film a également fait beaucoup parler d’elle lors des diffusions. Elle est écrite, composée et interprétée par I AM STRAMGRAM (Vincent de son vrai nom), un jeune chanteur bordelais qui rencontre un succès grandissant au niveau national. Je suis tombé par hasard sur son clip « Set A Thought » alors que j’écrivais toujours le scénario et je suis devenu littéralement amoureux de cette chanson. La douceur de la mélodie et la libre interprétation du texte collaient parfaitement au final d’Hippocampe qu’il ne pouvait être impossible de ne pas choisir cette chanson. Pour mon plus grand bonheur, après avoir visionné la maquette finale du film, Vincent a accepté que « Set A Thought » soit la chanson du film. »
Le réalisateur et moi-même vous encourageons vivement à découvrir cet artiste et son univers grâce à son site : iamstramgram.com !
Les musiques qui constituent la majeure partie de l’ambiance au cours du film, quant à elle, sont l’œuvre de Aurélien Montero.
Mon avis : « Quel film surprenant que voilà ! Et me voilà tenté de spoiler tous les internautes tellement j’ai envie de partager mon ébahissement face à cette petite merveille du monde du court-métrage, sortie de nulle part. Et sans aucun doute que la carrière du film ainsi que celle du réalisateur ne s’arrêteront pas de sitôt. Ce film est à la fois l’illustration d’un amour véritable, mais aussi si j’ose dire : un « rêve éveillé ». Car même si ce film est une histoire quelque peu spéciale et choquante, Jan Caplin réussit à le rendre moins brutal, moins déplaisante, pour finalement la transformer en un véritable moment de repos, et d’une beauté visuelle incroyable et surprenante (cela étant par ailleurs instauré par la douce musique de début composé par Aurélien Montero, et le film se mariant à merveille avec la chanson Set A Thought de I AM STRAMGRAM). Alors guettez internet car vous pourrez sûrement trouver le film dans quelques mois. »
En attendant de découvrir le film, vous pouvez vous rendez rendre sur le site de l’association ART DN, ainsi que sur la page Facebook pour suivre l’actualité et voir les photos du tournage.
Et pour vous permettre voir quelques images du film, voici ci-dessous la bande-annonce du film. Bon visionnage !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s